Au fond des chiens, collaboration avec l'artiste Maude Maris, pour la revue Roven n°13 (Lettre et la ligne), Avril 2017

Au fond des chiens se frottent à la carène
l’eau nombreuse efface les taches, même la naissance
et je laisse le rire du renard
au reste qui affleure

Mes pensées s’allongent jusqu’à l’hélice
et remontent en poupe contre la coque
moule immense qu’un fracas sourd
contre l’onde anéantit

Le bateau fendu et l’eau entrante
entre les épaves qui chantent
je dois me taire un instant

L’œil gardé grand ouvert
les pierres ne coulent plus
et je nage devant toi