Pièce unique d’un cluedo rural, La Tronçonneuse fonctionne seule. Elle se réfère à un cinéma d’horreur du type « meurtre à la ferme » et se réapproprie ainsi un genre. Mais son titre mystificateur lui insuffle un sens qui ne lui appartient objectivement pas. Cette manipulation du spectateur établit un rapport suspicieux à l’image dont l’autonomie de La Tronçonneuse est la condition nécessaire. Le systématisme d’une série l’annihilerait. Car d’abord suspecte, La Tronçonneuse est en réalité déceptive.

Pièce unique d’une sorte de cluedo rural, La Hache fonctionne seule. Réappropriation d’un genre, elle se réfère à un cinéma d’horreur de type « derrière les feuillages ». Mais son titre sur-interprétatif lui insuffle un sens qui pourrait ne pas lui appartenir. Ce décalage tend à instaurer un climat de menace potentielle et l’autonomie de La Hache en est la condition nécessaire. Le systématisme d’une série l’annihilerait. Car d’abord inquiétante, La Hache est en réalité déceptive.

Le Jet ne fonctionne qu’en série. Il n’a pas d’autonomie, et seul il n’aurait aucune portée. Son esthétique «derrière les feuillages» et la présence d’un homme tenant un objet lient cette image au cluedo. Mais ce systématisme n’est qu’apparent: ce n’est plus ni une hache, ni une tronçonneuse mais un jet et le lieu ressemble plus à un petit jardin de banlieue qu’à une ferme. Le Jet, par cette dérive du fond comme de la forme, se réfère au genre de «l’arroseur arrosé» et achève d’épuiser le sérieux de ce travail.

Pièce unique d’un cluedo rural, La Tronçonneuse fonctionne seule. Elle se réfère à un cinéma d’horreur du type « meurtre à la ferme » et se réapproprie ainsi un genre. Mais son titre mystificateur lui insuffle un sens qui ne lui appartient objectivement pas. Cette manipulation du spectateur établit un rapport suspicieux à l’image dont l’autonomie de La Tronçonneuse est la condition nécessaire. Le systématisme d’une série l’annihilerait. Car d’abord suspecte, La Tronçonneuse est en réalité déceptive.

Pièce unique d’une sorte de cluedo rural, La Hache fonctionne seule. Réappropriation d’un genre, elle se réfère à un cinéma d’horreur de type « derrière les feuillages ». Mais son titre sur-interprétatif lui insuffle un sens qui pourrait ne pas lui appartenir. Ce décalage tend à instaurer un climat de menace potentielle et l’autonomie de La Hache en est la condition nécessaire. Le systématisme d’une série l’annihilerait. Car d’abord inquiétante, La Hache est en réalité déceptive.

Le Jet ne fonctionne qu’en série. Il n’a pas d’autonomie, et seul il n’aurait aucune portée. Son esthétique «derrière les feuillages» et la présence d’un homme tenant un objet lient cette image au cluedo. Mais ce systématisme n’est qu’apparent: ce n’est plus ni une hache, ni une tronçonneuse mais un jet et le lieu ressemble plus à un petit jardin de banlieue qu’à une ferme. Le Jet, par cette dérive du fond comme de la forme, se réfère au genre de «l’arroseur arrosé» et achève d’épuiser le sérieux de ce travail.